Go to Top

Narbonne, perle gallo-romaine, et beaucoup plus…

13-tourisme-cathedrale-de-narbonneNarbonne est située dans le département de l’Aude, à l’est de Carcassonne, à une dizaine de kilomètres environ de Nissan-lez-Ensérune, que l’on peut joindre en bateau par le canal du Midi. Prendre ses vélos pour la visiter vaut le coup, pour bien de raisons.

La première agglomération résidentielle ici était un oppidum (citadelle fortifiée) à Montlaurès, à environ 4 km au nord-ouest de la ville actuelle. Narbonne était le site de la première agglomération romaine au-delà des Alpes en Gaule, appelée Narbo Martius (Narbonne), fondée en 118 avant JC.

Narbo Martius, la colonie romaine, devint bientôt la ville la plus riche dans le sud de la Gaule, et a été nommée par l’empereur Auguste capitale d’une province qui s’étendait de Toulouse à Genève : la Gallia Narbonnaise.

Elle était déjà une région viticole. En l’an 92, sous la pression des vignerons romains, qui ne voulaient pas de la concurrence du vin de Narbonne, l’empereur Domitien ordonna que la moitié des vignes soient arrachées. Certes, l’union européenne a ses défauts, mais il faut quand même admettre que la libre circulation des marchandises parmi ses états membres est un progrès remarquable, à tout le moins par rapport aux siècles passés…

Narbonne est devenue la capitale de l’ensemble de la Gaule méridionale. Elle se trouvait sur la voie Domitienne (Via Domitia). À l’époque, elle était un port important, bien qu’elle se situe maintenant à environ 20 km de la mer.

Narbonne, à l’origine un port de commerce, a survécu comme un important port de pêche jusqu’au début du 14ème siècle. Les inondations en 1320 ont engorgé le port de boue argileuse, et l’Aude a changé son cours, de sorte que le port de Narbonne est devenu une mare. C’est pourquoi il est maintenant situé sur une plaine viticole, 13 kilomètres à l’intérieur des terres. La guerre de Cent Ans a ajouté à la misère de Narbonne et, dès la fin du 14ème siècle, Narbonne a été fortement réduite.

En 1507, Narbonne est devenue partie de la France. Paul Riquet, l’architecte visionnaire du Canal du Midi, a tenté de faire revivre la fortune de Narbonne au 17ème siècle, par la construction du Canal de la Robine à connecter au Canal du Midi. Ses efforts ont été contrecarrés par les dignitaires hostiles des villes voisines, de sorte que le travail n’a été achevé qu’en 1786. Maintenant, en grande partie grâce aux vins et au tourisme, la construction du chemin de fer et l’industrie légère, Narbonne est en plein essor. Il y a beaucoup à apprécier ici. La ville a une population légèrement supérieure à Carcassonne, mais est moins intense et serrée, et la côte et les Corbières sont facilement accessibles.

Le centre de Narbonne, traversé par le Canal de la Robine, est un endroit attrayant pour le shopping et le tourisme. On peut se diriger vers les Halles (marché couvert) par la banque du canal. Ce marché alimentaire primé est dit être l’un des meilleurs en France. Ouvert de 6 h à 13 heures tous les jours, le marché regorge de produits locaux. Le jeudi, il y a aussi un marché en plein air qui s’étend le long de la berge du canal, près des Halles, avec des fleurs et des vêtements, entre autres. Le canal lui-même est bordé de cafés.

12-centre-de-narbonneA visiter à Narbonne

Narbonne a vraiment une histoire extraordinaire, c’est vraiment un endroit à visiter et à admirer pour ce qu’il propose et a réservé, de l’époque romaine à la présente.

La cathédrale de St-Just

La cathédrale de St-Just  et le Palais des Archevêques voisins forment un ensemble architectural unique. Ensemble, ils prennent la majorité de la Place de l’Hôtel de Ville de Narbonne.

La cathédrale de Narbonne reste inachevée depuis la pose de la première pierre en 1272. Les plans nécessaires à la construction de la cathédrale comportaient la démolition partielle du mur de la ville, mais le conseil de la ville, craignant une invasion anglaise, a refusé de la permettre. Ceci, couplé avec des guerres, a laissé la cathédrale de Narbonne avec seulement le chœur et le transept achevés.

Les deux tours de 194 mètres de haut, datant de 1480, offrent une vue imprenable sur la campagne environnante. L’intérieur dispose d’un grand chœur, de fresques et tapisseries flamandes voûtées. Un cloître du 14ème et du 15ème siècle connecte la Cathédrale de Narbonne au Palais des Archevêques voisin.

Du 14ème siècle, le Grand Retable (l’arrière de l’autel) a été dévoilé en Mars 2000, après avoir être couvert pendant des siècles. Les panneaux sculptés représentent 200 figures individuelles de plus de 30 mètres carrés. Une section montre des âmes malheureuses dans un enfer de feu, regardées par un diable à l’air suffisant; une autre montre une triomphale entrée à Jérusalem et les âmes de Jésus montant au Paradis. Une troisième partie montre les peines du feu et de l’eau glacée dans le purgatoire. Le deuxième acte de l’opéra de Giuseppe Verdi Don Carlos a lieu dans le cloître de Saint-Just.

Le Palais des Archevêques de Narbonne

Le Palais doit sa présence aux puissants évêques de Narbonne qui étaient très importants à l’époque, mais c’est son sens de l’histoire, l’art et l’architecture qui y sont conservés qui en font une ville à part. Il y a environ 10 attractions et vous pouvez les visiter toutes économiquement dans un jour d’histoire et de culture. Les maisons du palais des archevêques abritent deux musées – le Musée Archéologique et le Musée d’Art et d’Histoire. Le Musée archéologique a des merveilleux répertoires sur la peinture et la mosaïque murale romaine, et d’autres ruines romaines. Le Musée d’Art et d’Histoire a une fantastique collection de faïences françaises de Montpellier, Moustier et Marseille, y compris un mur de magnifiques vases pharmaceutiques. Le plus surprenant est la collection éclectique du 19ème et de l’art d’Afrique du Nord du 20ème siècle, principalement en provenance d’Algérie, mais pas exclusivement, à la fin de la visite. Vous pouvez monter les 162 marches du Donjon Gilles Aycelin, et arriver au sommet de la tour pour une vue imprenable sur Narbonne et vers les Pyrénées. Ce n’est pas seulement un bâtiment, mais un complexe avec cours et jardins. Il est très bien entretenu, un endroit très agréable pour se promener ou faire une pause dans les jardins.

On vous conseille d’acheter un billet pour visiter tous les 7 musées de Narbonne pendant 14 jours, à un prix de seulement 9 Euros.

11-narbonne-vue-du-cielLa ville romaine de Narbonne

Le  plan de la ville romaine montre une superposition de rues modernes sur le cœur de la ville fortifiée romaine à Narbonne ( Narbo Martius ), fondée en 118 avant J.C., là où la via Domitia traversait le fleuve Aude tout au long des principales routes commerciales. Narbo Martius a été la première capitale de la province romaine de la Gaule Transalpine, rebaptisée Narbonne sous le règne d’Auguste.

Comme c’était souvent dans la planification de la ville romaine, le plan en damier de 16 hectares de Narbo Martius a été construit autour de deux rues principales, le Cardo Maximus ( nord-sud ) et le Decumanus Maximus ( de l’ouest à l’est ). A leur intersection y a le Forum ou le marché, la Basilique ou le tribunal de la loi, la Curie ou la salle de réunion, et un Capitolium pour le culte officiel de l’Etat, datant du règne d’Hadrien ( de 117-138 ). Au centre de la place de la ville de Narbonne y a une section habilement exposée de voie romaine. Il s’agissait de la Via Domitia, la première route romaine à avoir été construite en Gaule, permettant le déplacement des soldats et des commerçants entre l’Italie et l’Espagne. La ville de Narbo Martius a été créée ici en 118 avant JC, profitant de la jonction entre la Via Aquitania et la Via Domitia, ainsi que du potentiel pour un port. C’était une colonie de succès et devint plus tard la capitale de la Gaule narbonnaise. Inscriptions et récits contemporains suggèrent que c’était une ville prospère, avec le plus grand amphithéâtre de la région, de nombreux temples, des bains publics et des maisons de ville de luxe.

La plupart des bâtiments romains son des reconstructions après un incendie majeur dans le 150s AD. Malheureusement, il en reste très peu aujourd’hui, une grande partie de la ville ayant été détruite par les Barbares.

Néanmoins, le musée local dispose d’une des plus belles collections de peintures murales romaines en France. Nommé d’après son constructeur Domitius Ahenobarbus – un consul romain, la Via Domitia liait l’Hispania et l’Italie. Il est ici à Narbonne que la Via Domitia a rencontré la Via Aquitania.

La traversée des Alpes se faisait par le passage le plus facile, le Col de Montgenèvre (1850 m ), suivait la vallée de la Durance, traversait le Rhône à Beaucaire et passait par Nîmes ( Nemausus ), suivant la plaine côtière le long du golfe du Lion. A Narbonne, elle rencontrait la Via Aquitania ( qui conduit vers l’océan Atlantique par Toulouse et Bordeaux ). Ainsi Narbonne était un carrefour crucial stratégique de la Via Domitia et de la Via Aquitania, et c’était à ce moment-là un port accessible, mais bien défendable. Dans ce « point de rebroussement » dans l’expansion vers l’ouest des romains, la communication et la fortification étaient un atout très important, et ont été traitées comme telles. Entre les villes qu’elle liait, la Via Domitia était joncée d’une série de mansiones, ou points de ravitaillement, à des distances de voyage d’un jour pour un panier chargé, dans lesquelles un abri, du fourrage et des chevaux frais pouvaient être obtenus pour les voyageurs d’affaires officielles. Il y a les restes de plusieurs ponts romains le long de la route, y compris le pont romain de Saint- Thibéry, le Pont Ambroix à Ambrussum, le Pont Julien et le Pont Serme.

L’Horreum romain

Dans le centre-ville y il avait aussi le Horreum, ou entrepôt à grains, construit sous terre à Narbonne comme un cryptoportique. Le Horreum de Narbonne est le seul monument de l’époque romaine encore visible dans la ville aujourd’hui. Construit à la fin du 1er siècle avant J.C., ses galeries souterraines étranges ont sans doute été utilisées comme un entrepôt. A cinq mètres de profondeur dans le sous-sol, les visiteurs auront un réel sens de Narbo Martius, capitale de la Gaule narbonnaise.